René Monerville, maire de Camopi, accompagné d’un chef coutumier de la commune et du vice président de la communauté des communes ont souhaité effectuer des clarifications sur leurs positions, de réserve, concernant la validation de la charte du Parc amazonien de Guyane lors d’une conférence de presse à l’annexe de la mairie de Camopi, situé à Soula 1.
En question, les zones de droits d’usages qui sont « obsolètes et ne reflètent pas les exigences de la commune ». Le conseil d’administration du PAG  est aussi un facteur problématique car  » il n’est pas équilibré ».

Voici quelques phrases choisies et extraites de cette conférence de presse par notre rédaction :

  • « Les dotations qui ont été promises au début du projet d’adhésion au PAG ne sont pas effectives ».
  • La commune a donc une position de réserve au sujet de la charte du Parc amazonien de Guyane, mais pas un avis défavorable. « Il faut dire qu’avec 7 agents du parc qui siègent au conseil municipal, il ne peut pas en être autrement » explique le maire.
  • Autre grief, la plupart des habitants de la commune ne parlent pas le français, et pourtant « le document de la charte n’a pas été traduit. Seul un DVD très simplifié a été fournis au dernier moment ».
  • « A la base, nous avons adhéré pour la lutte contre l’orpaillage clandestin, mais aujourd’hui le problème est toujours là ! »
  • « Comment le Parc amazonien de Guyane pourrait il nous expliquer le développement durable, nous qui possédons un mode de vie durable depuis toujours ? »
  • « Nous voulons avoir la possibilité de choisir dans le respect et la dignité, nous ne voulons pas être forcé à quoi que ce soit, il faut en finir avec le paternalisme »

Dans un autre registre, le maire met en valeur la discrimination qui s’opère entre le sud de la Guyane et le littoral : par exemple, il n’y a toujours pas de lignes aériennes régulières avec Cayenne,  il n’y aucun personnel dédié au service sociaux à Camopi, pour 1700 habitant, ce qui très inquiétant et pourrait expliquer certains problèmes graves que connaissent les habitants. Mais les services sociaux, c’est une mission qui revient au Conseil Général de Guyane…

  Consultation institutionnelle et enquete publique sur la charte du PAG (147,9 Ko, 349 hits)