Se logger

Se connecter

Bienvenue sur le site

En vous identifiant, nous pourrez devenir rédacteur pour proposer des articles, et discuter dans les forums de Une saison en Guyane…

Identifiant

Mot de passe

Se souvenir de moi

S’enregistrer

Bienvenue sur la zone d’enregistrement du site web de Une saison en Guyane ! si vous êtes déjà inscrit, vous pouvez vous identifier ici. Si vous ne l’êtes pas encore, inscrivez vous et accédez aux forums, et partagez vos découvertes avec nous !

Vous pourrez réagir aux articles, participer au forum. Cela vous permettra aussi de proposer de nouveaux articles, aux brèves et de partagez vos plus belle photos !

Nom obligatoire

Email obligatoire


Un mot de passe vous sera envoyé sur votre adresse de messagerie.

Mot de passe perdu

Vous ne retrouvez plus votre mot de passe ou votre identifiant de connexion ? Entrez votre adresse email ou votre identifiant…

Mot de passe oublié

Proposer un contenu
N°10  - janvier 2013 Feuilleter quelques pages du N°10... Les points de vente effectifs du n°10 en France hexagonale Les points de vente effectifs du n°10 Version CD en France hexagonale              

Edito de Anne-Marie Chambrier, Présidente de l’association Fédération Lokono de Guyane

L’année 2012 a marqué une étape importante dans l’histoire des amérindiens de Guyane au travers de deux événements fortement symboliques : la célébration de la journée autochtone internationale, le 9 août 2012, sur la Place des Palmistes de Cayenne ; et l’inauguration du monument “Chaman”, qui commémore l’antériorité de la présence autochtone en Guyane et affirme la reconnaissance des six nations amérindiennes.

Ces manifestations, qui valorisent nos identités culturelles trop longtemps ignorées, ont pu se concrétiser grâce à un partenariat entre la Fédération des Organisations Autochtones de Guyane, les autorités coutumières, les associations amérindiennes et la région Guyane.

Peut-être sont elles le signe d’une volonté de mieux prendre en compte les problématiques propres aux peuples autochtones ? Cette réflexion doit être fondée sur notre légitime aspiration : vivre dans un système français sans oublier nos racines amérindiennes, et en préservant nos valeurs identitaires.

Elle devrait conduire à élaborer un programme cohérent de développement pour les peuples autochtones, pour décliner des projets dans plusieurs domaines essentiels.

La langue autochtone est ainsi un enjeu majeur : elle doit être reconnue en tant que langue régionale et enseignée dans les écoles. A cette fin, les Intervenants en Langue Maternelle (ILM) doivent avoir un statut d’enseignant spécialisé.

L’avenir des populations autochtones dépend aussi des conditions de formation universitaire de nos frères des communes éloignées. C’est pourquoi, il est urgent de réaliser un Centre d’Accueil à proximité de Cayenne.

Par ailleurs, l’autorité coutumière est fondamentale dans la préservation des valeurs autochtones. Or, elle repose sur les Chefs Coutumiers, qui doivent avoir un statut juridique reconnu. Cependant, cette question ne peut-être dissociée de celle de la terre, aussi nous reformulons le souhait que soit réexaminées et validées les nouvelles demandes foncière ainsi que les demandes d’extension des zone de droits d’usage collectif..

Les peuples autochtones ont compris depuis longtemps que La TERRE MERE est la vie de l'humanité et que la survie d’un peuple passe par la préservation de la nature. Conscients du mal que les Hommes lui infligent, nos autorités refusent toutes activités liées à l’orpaillage illégal sur nos territoires, si préjudiciables à l’écosystème et à la santé des frères du Maroni et de l’Oyapock.C’est la raison pour laquelle nous préconisons la vigilance et la réflexion avant tout acte de signature de la charte établie par le Parc amazonien de Guyane. De manière générale, nous souhaitons que les pouvoirs publics travaillent avec les organisations autochtones sur des projets de développement économique durable, et de protection de la biodiversité.

Pour construire l’avenir de notre pays, nous avons besoin de toutes ses forces vives ; c’est pourquoi les peuples autochtones de Guyane doivent être acteurs dans toutes les instances décisionnaires.

Les articles et actus du magazine N°10
Quand on pénètre dans un village ou un carbet amérindien, les objets qui attirent notre regard  sont bien souvent des vanneries. Elles constituent le mobilier le plus important de l’habitat amérindien. De nos jours en Guyane, on connaît plutôt les grandes corbeilles palikur, les éventails à feu en fibres d’awara...
Lundi19 août2013
13 août 2013 0
Mardi13 août2013
Par Joub & Nicoby

Atayumale - nation wayana : Haut-maroni Nelik? C’est ce qu’on se dit (wayana) lorsqu’on se rencontre. Sa traduction est multiple: ça concerne la vie de tout les jours (pêche, chasse, travail, sexe...). La traduction littérale est « Qu’est-ce-tu as eu?/Tu as trouvé quelque chose ?»… (famille caribe) Albert alatoe - nation kali’na :  littoral...
Terra nullius Conquistadors et autres explorateurs européens, venus chercher aux Amériques gloire et fortune, n’hésitaient pas à user de violence envers les populations rencontrées. Les Indiens, décrits dans les premiers temps comme pacifiques, vont rapidement changer d'attitude suite aux pillages dont ils sont les victimes. Amerigo Vespucci, longeant les côtes de...
Vendredi9 août2013
Un brin d’humour, de cynisme, d’histoire et de politique, dans un roman situé sur l'île des Huru, un lieu imaginaire inspiré d’Haïti et de la Nouvelle-Calédonie. Une fresque historique à ne pas manquer.
Jeudi1 août2013
La nouvelle mouture de l'indispensable guide de Philippe Boré est désormais en couleur. Quatre nouvelles communes de Guyane viennent le compléter  et parmi les nouveautés de la randonnée, on pourra se balader sur le sentier de Anaoua, celui de Sable Blanc ou encore de la piste de l'Anse, ou dans...
Jeudi1 août2013
Par la rédaction

Chantre de l'impressionnisme magique et de la modernité chamanique, John Lie A Fo (1945- ...), dont les origines familiales plongent dans la Chine et l'Indonésie, a pris racine dans le plateau des Guyanes. On hésite à chercher dans sa peinture si son intérêt pour l'écriture, les lettres, alphabet, les signes...
Jeudi1 août2013
Par la rédaction

David Damoison, photographe parisien d'origine martiniquaise, raconte avec le poète antillais Monchoachi l'éternel aller-retour des identités créoles de Paris vers les Antilles à travers des images de la vie quotidienne, des fêtes et des rituels : communauté caraïbe de Paris, Cuba, République dominicaine, Haïti, Guadeloupe ou Panama. Son œuvre, en...
Jeudi1 août2013
Par la rédaction