La Province des Îles, une des trois Provinces de Nouvelle-Calédonie, est compétente pour élaborer sa propre législation environnementale. Elle a décidé d’innover.

En 2023, son Assemblée a adopté une délibération sur les espèces protégées, accordant aux requins et aux tortues marines des droits fondamentaux. Victor David, chercheur à l’IRD, a accompagné cette démarche : « Nous avons créé une nouvelle catégorie de protection, différente de celles habituellement accordées à des espèces vivantes, en cohérence avec la vision du monde et de la nature des coutumiers Kanak des îles Loyauté. » Alors que les espèces vivantes autres qu’humaines sont considérées « comme des objets » dans le droit français, même si certaines règles les protègent, cette catégorie apporte un changement de perspective. Ces entités naturelles sujets de droit ont désormais une personnalité juridique, elles ont des intérêts et des droits que les autres sujets de droits doivent respecter. Ce statut n’est pas réservé aux requins et aux tortues marines, « ils sont les premiers d’une liste que nous espérons longue, il n’y a pas de restriction. Des espaces naturels tels que des îlots, des cours d’eau ou des forêts peuvent en bénéficier si la population en fait la demande ». Ces entités pourront se défendre par l’intermédiaire de porte-paroles, spécifiquement désignés pour défendre leurs intérêts et non pas les intérêts humains.

Photo ci dessus de Nicolas Job- Tortue verte à l’îlot Huon, Encastreaux. Nouvelle-Calédonie.