Se logger

Se connecter

Bienvenue sur le site

En vous identifiant, nous pourrez devenir rédacteur pour proposer des articles, et discuter dans les forums de Une saison en Guyane…

Identifiant

Mot de passe

Se souvenir de moi

Mot de passe perdu

Vous ne retrouvez plus votre mot de passe ou votre identifiant de connexion ? Entrez votre adresse email ou votre identifiant…

Mot de passe oublié

Proposer un contenu
N°06  - février 2011 Couverture magazine n°6 version CD
112 pages / 5,90 € (Hors coût de livraison)
Au sommaire (entre autres) :
Dossier Océan : Pêche crevettière, biodiversité marine, du pétrole en Guyane ?
Le Baboune
Dossier Venezuela :
Les tepuys, les pêcheurs de vivaneaux, de Bolivar à Chavez Commander le numéro 6 dans notre boutique (paiement CB)

Edito : Hauts plateaux

Si la région des Guyanes était la terre d'une quête, celle-ci conduirait nécessairement à la Gran Sabana au Venezuela.

C'est là que se dressent les tepuys, ces montagnes tabulaires dominant de leur falaises abruptes le bouclier des Guyanes.

Les amérindiens Pemon appellent le Roraïma, le plus haut des tepuys : "la mère de toute les eaux". Et pour cause : les tepuys émergent à la source des grands fleuves qui irriguent les Guyanes, charnière entre les bassins versants de l'Orénoque, de l'Amazone et de l'Essequibo. Cette région de hauts plateaux, mystérieuse et difficile d'accès, a inspiré aux écrivains et aux aventuriers des rêves d'or, de monde perdu peuplé de dinosaures, ou de quête mystique. Mais comment ne pas partager cette fascination devant un territoire qui semble s'être affranchi du temps et de l'homme ?

La nation de Chávez suscite la curiosité au-delà de son riche environnement naturel. Elle est à la fois une fière tentative pour un monde socialiste plus juste, et un échec patent en termes d'efficacité économique. Et la manne pétrolière, qui pourrait placer ce pays parmi les plus riches du monde, semble paradoxalement se muer en malédiction, si l'on considère ses difficultés à assurer une véritable répartition des richesses et à consolider la démocratie. Ce pays paraît bien lointain de la Guyane française, au vue du peu d'infrastructures routières ou de lignes aériennes pour s'y rendre. Pourtant, à Cayenne, on peut croiser quotidiennement des travailleurs qui font le trajet... en bateau : les pêcheurs de vivaneaux.

Ces marins vénézuéliens arrivent sur leur lanchas en provenance de l'île de Margarita, attirés par le travail offert par les entreprises guyanaises du secteur de la pêche, et par les ressources marines encore riches.

A l'échelle planétaire, il ne fait plus aucun doute que l'équilibre de l'écosystème marin s'est brisé. Certains scientifiques parlent de l'entrée dans l'"ère du visqueux", devant la prolifération d'espèces comme les méduses et la raréfaction des grands poissons. La Guyane, encore une fois, fait figure d'exception, car on y pêche encore des espèces qui ailleurs sont en voie de raréfaction ou d'extinction, à l'image du Mérou géant.

Prendrons-nous les devants, ou faudra-t-il encore attendre que les stocks s'avèrent effectivement épuisés pour prendre des décisions fortes afin de préserver cet écosystème marin encore exceptionnel ?

Pierre-Olivier Jay

Disponible aussi en édition limitée.
  Supplément : avec le magazine Une Saison en Guyane N°06, le disque audio "Racines" (traditions) et le documentaire en DVD "TTED" (pêche crevettière).
Prix : 9,50€
Commander le numéro 6 édition limitée dans notre boutique (paiement CB)
Les articles et actus du magazine N°06
29 juillet 2011
Pendant longtemps, le pétrole* enfoui en profondeur sous l’océan paraissait inexploitable, principalement pour deux raisons : d’abord parce que les technologies existantes ne permettaient pas de forages à 2000 ou 3000 mètres au-dessous du niveau de la mer, ensuite parce qu’il était difficile d’envisager qu’avec les moyens à mettre en...
Vendredi29 juillet2011
L’utilisation du guano* d'oiseaux de mer comme engrais pour l'agriculture était connue de longue date, sans doute depuis les périodes précolombiennes. Ce fertilisant, qui comportait toutes sortes de matières issues du vivant, et notamment des ossements d'animaux, était très utilisé jusqu'à ce d'un géologue anglais découvre, au début des années...
Vendredi29 juillet2011
Par Texte de Pierre Rostan Bureau d’études géologiques IDM - Thethys

L’ENJEU DE LA BIODIVERSITÉ MARINE Avec 11 millions de km², la France dispose de la seconde superficie maritime du monde. Elle est présente dans quatre océans différents : Atlantique, Pacifique, Austral et Indien. 97% de cette surface se trouve en Outre-mer dont la moitié en Polynésie Française. La biodiversité marine est exceptionnellemeant riche...
Vendredi29 juillet2011
Par Marion Brichet (Agence des Aires Marines Protégées)

C’est dans un décor de tapouilles bariolées, en face du Mahury, que nous montons au petit matin sur la vedette de la réserve naturelle de l’île du Grand Connétable. Aujourd’hui, la plus grande réserve naturelle marine d’Outre-mer nous attend. À l’époque de la Marine à voiles, cette île était la vigie...
Par Antoine Hauselmann, conservateur de la RN du Grand Connétable

Surpêche : l’épuisement mondial des ressources halieutiques Les modèles pessimistes annoncent un effondrement des stocks. Après une période de croissance forte qui a suivi la seconde guerre mondiale, la production halieutique stagne autour de quatre-vingt dix millions de tonnes depuis une quinzaine d’années et ce, malgré les progrès technologiques et la recherche...
Vendredi29 juillet2011
Par Fabian Blanchard (Ifremer Guyane) et du CRPMEM Guyane.

Si, chez l’homme, la discussion reste ouverte, pour le singe hurleur l’affaire semble entendue : l’essence précède l’existence. Son caractère, sa nature profonde sont ainsi, le hurleur roux est un singe tranquille. Nous nous plaisons à croire qu’une part de libre-arbitre dirige nos actes et, particulièrement lorsque nous traitons de...
Jeudi28 juillet2011
Par Tanguy DEVILLE et Guillaume FEUILLET

Les stupéfiantes informations de Wikileaks nous révèlent l’insoupçonnable : les démocraties libérales n’aiment pas Hugo Chávez ! Alvaro Uribe, l’ancien président colombien, le comparait à Hitler, tandis que Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, qualifie le président vénézuélien de “fou”. L’expert n’a pas tort. Il faut en effet être...
Jeudi28 juillet2011
Marché aux poissons de Cayenne. Vivaneau : 6 euros 50. « - C’est vous qui l’avez pêché ou vous l’avez acheté ? Le vendeur hésite à répondre. - Oui je l’ai racheté. À Cogumer. » Cogumer et Abchée sont les 2 compagnies avec lesquelles les pêcheurs vénézuéliens ont des contrats. Elles leur achètent leurs vivaneaux...
Mardi26 juillet2011
C’est la première fois que je ressens le froid en Guyane. A cette altitude de 2800 mètres, les premières lueurs réchauffent péniblement nos couches de vêtements hivernaux. Le Roraïma laisse pendant quelques instants contempler son royaume, la Guyane vénézuélienne. A mes pieds, une falaise sans échelle marque la face sud...
Lundi25 juillet2011
Par Pierre-Olivier Jay / Remerciements à Laurence Jay & Elio Sanoja