Se logger

Se connecter

Bienvenue sur le site

En vous identifiant, nous pourrez devenir rédacteur pour proposer des articles, et discuter dans les forums de Une saison en Guyane…

Identifiant

Mot de passe

Se souvenir de moi

Mot de passe perdu

Vous ne retrouvez plus votre mot de passe ou votre identifiant de connexion ? Entrez votre adresse email ou votre identifiant…

Mot de passe oublié

Proposer un contenu
N°06  - février 2011 Couverture magazine n°6 version CD
112 pages / 5,90 € (Hors coût de livraison)
Au sommaire (entre autres) :
Dossier Océan : Pêche crevettière, biodiversité marine, du pétrole en Guyane ?
Le Baboune
Dossier Venezuela :
Les tepuys, les pêcheurs de vivaneaux, de Bolivar à Chavez Commander le numéro 6 dans notre boutique (paiement CB)

Edito : Hauts plateaux

Si la région des Guyanes était la terre d'une quête, celle-ci conduirait nécessairement à la Gran Sabana au Venezuela.

C'est là que se dressent les tepuys, ces montagnes tabulaires dominant de leur falaises abruptes le bouclier des Guyanes.

Les amérindiens Pemon appellent le Roraïma, le plus haut des tepuys : "la mère de toute les eaux". Et pour cause : les tepuys émergent à la source des grands fleuves qui irriguent les Guyanes, charnière entre les bassins versants de l'Orénoque, de l'Amazone et de l'Essequibo. Cette région de hauts plateaux, mystérieuse et difficile d'accès, a inspiré aux écrivains et aux aventuriers des rêves d'or, de monde perdu peuplé de dinosaures, ou de quête mystique. Mais comment ne pas partager cette fascination devant un territoire qui semble s'être affranchi du temps et de l'homme ?

La nation de Chávez suscite la curiosité au-delà de son riche environnement naturel. Elle est à la fois une fière tentative pour un monde socialiste plus juste, et un échec patent en termes d'efficacité économique. Et la manne pétrolière, qui pourrait placer ce pays parmi les plus riches du monde, semble paradoxalement se muer en malédiction, si l'on considère ses difficultés à assurer une véritable répartition des richesses et à consolider la démocratie. Ce pays paraît bien lointain de la Guyane française, au vue du peu d'infrastructures routières ou de lignes aériennes pour s'y rendre. Pourtant, à Cayenne, on peut croiser quotidiennement des travailleurs qui font le trajet... en bateau : les pêcheurs de vivaneaux.

Ces marins vénézuéliens arrivent sur leur lanchas en provenance de l'île de Margarita, attirés par le travail offert par les entreprises guyanaises du secteur de la pêche, et par les ressources marines encore riches.

A l'échelle planétaire, il ne fait plus aucun doute que l'équilibre de l'écosystème marin s'est brisé. Certains scientifiques parlent de l'entrée dans l'"ère du visqueux", devant la prolifération d'espèces comme les méduses et la raréfaction des grands poissons. La Guyane, encore une fois, fait figure d'exception, car on y pêche encore des espèces qui ailleurs sont en voie de raréfaction ou d'extinction, à l'image du Mérou géant.

Prendrons-nous les devants, ou faudra-t-il encore attendre que les stocks s'avèrent effectivement épuisés pour prendre des décisions fortes afin de préserver cet écosystème marin encore exceptionnel ?

Pierre-Olivier Jay

Disponible aussi en édition limitée.
  Supplément : avec le magazine Une Saison en Guyane N°06, le disque audio "Racines" (traditions) et le documentaire en DVD "TTED" (pêche crevettière).
Prix : 9,50€
Commander le numéro 6 édition limitée dans notre boutique (paiement CB)
Les articles et actus du magazine N°06
« Chaque minute écoulée ne fait que m’affermir moi-même dans la volonté de m’évader, au risque de tous les dangers possibles. Nous sommes trop jeunes et trop pleins de volonté pour que notre avenir soit irrémédiablement clos. Espérer ici serait chimère » G. Tomel, Les évadés de la Guyane, 1899. La belle L’île...
Lundi25 juillet2011
C’est tout naturellement que Daniel William, chef coutumier de Yalimapo a reçu en mai dernier le prix de l’International Sea Turtle Society pour son investissement dans le domaine de la conservation des tortues marines en Guyane. A la fin des années 70, Daniel William décide de mener des actions de...
Mardi1 février2011
Par Marion Briswalter

Un projet d’éco-zone d’aménagement concerté est mené sur la commune de Rémire-Montjoly. Les plans traduisent une nouvelle conception de l’aménagement urbain. S’étendant de Dégrad-des-Cannes au rond point Vidal, la zone est pressentie pour héberger plus d’un millier de logements de tout type, des groupes scolaires, un collège et des commerces...
Mardi1 février2011
Par Marion Briswalter

La Guyane peut s’enorgueillir de posséder les seules formations rocheuses sur l’axe Amazone-Orénoque, long de 2 000 km. Sur le plateau continental, qui s’étend jusqu’au talus continental à 100 mètres de profondeur, il existe deux types de formations dures : les parties immergées des îles (comprenant des pentes d’une dizaine...
Mardi1 février2011
Par Marion Briswalter

55 élèves de première et terminale S et deux professeurs de Melkior-Garré sont en lice pour participer à un vol parabolique. Pour se voir décerner le premier prix, les lycéens de Melkior-Garré défendront leur projet “Et si Archimède, Galilée, Newton et Richer pouvaient voler en impesanteur” qui s’attache à montrer...
Mardi1 février2011
Par Marion Briswalter

On savait que le cacique cul-jaune est un imitateur hors pair, parodiant à l’envi les moteurs hors-bords ou les grenouilles. On saura maintenant que les caciques cul-jaunes et cul-rouges de Guyane ont un accent différent de leurs cousins du Suriname et même des accents locaux à Régina, Tonnégrande ou Sinnamary...
Mardi1 février2011
Par Marion Briswalter

Il existe des sujets qui fâchent et celui des caseyeurs martiniquais en fait partie. En Guyane, la pêche du vivaneau à l’aide de casiers n’est pas pratiquée, pourtant une petite dizaine de navires martiniquais font le trajet régulièrement pour poser des guirlandes de casiers dans la ZEE guyanaise sans en...
Mardi1 février2011
Par Marion Briswalter

La situation géographique du bourg de Saül, commune du Parc amazonien de Guyane, est tout à fait remarquable au sein de la Guyane. Point central, hors des influences de la zone littorale Nord, sa pluviométrie et son relief donnent naissance à un impressionnant réseau de petites criques. Les forêts secondaires...
Mardi1 février2011
Par Marion Briswalter

C’est sans aucun doute le tukusipan le plus impressionnant du Haut-Maroni. Haut de plus de sept mètres, large de onze, couvert de plus de cent quatre-vingt ballots de feuilles de waï tressées et maintenues par des lianes de mami et d'alakupi sur une ossature en wacapou et milimi, le nouveau...
Mardi1 février2011
Par Marion Briswalter