Tiburce Dacougnia est un phare pour les Guyanais au Canada. Grâce à son association Guyane-Québec, voilà trente ans qu’il fait le lien entre ces deux mondes aux climats différents mais similaires par bien d’autres facettes…
Pour me parler de son association, Tiburce me donnera rendez-vous à l’UQAM, l’université de Montréal, où il a étudié et où il a été diplômé : «J’ai rencontré ma correspondante québécoise au début des années 60 pendant les vacances. Nous nous sommes mariés quelques temps plus tard à St-Laurent-du-Maroni» où il est alors missionné par la Sécurité sociale pour monter une nouvelle antenne.
En ces périodes de décolonisation, les époux partagent des convictions politiques. Suite à un échange houleux entre sa femme et un général français de passage à St-Laurent, l’administration le rapatrie à Cayenne et lui suggère une promotion en France métropolitaine. Ils décident alors de tout plaquer pour rejoindre le Québec natal de sa compagne. Ils s’investiront alors en politique dans le parti québécois, comme ils l’avaient fait auparavant dans le Parti socialiste guyanais (PSG).
En 1967, à l’occasion de l’exposition universelle de Montréal, des amis de Guyane le visitent et ils constatent ensemble de fortes synergies possibles entre ces deux pays francophones, forestiers et en quête d’autonomie politique. Dix ans plus tard, en 1977, nait l’association canadienne Guyane-Québec, suivie de près en 1981 par son équivalente guyanaise.
En 2007, il fête alors les trente ans de bons et loyaux services de l’association. Des années passées à créer du lien entre ces deux mondes, ou plutôt ces trois, car on y trouve des Québécois, des Guyanais comme des Métropolitains.
Ainsi, pour le repas de l’association, on peut croiser Murielle, née à Cayenne, qui vit à Montréal depuis 5 ans et travaille dans une agence de voyage qui déclare : «j’aimerais développer la destination Guyane auprès des Québecois !». Ou Annick, travailleuse sociale, qui a suivi son ami parti pour étudier à Montréal il y a une quinzaine d’années : «c’est une aventure, comme d’aller travailler sur le fleuve Maroni à l’époque !»
Tiburce sourit, il peut être tranquille, la relève est prête et les échanges entre son pays natal et son pays d’adoption, grâce à Guyane-Québec, ont de beaux jours devant eux.

  NUMÉRO 54 DU PÉRIODIQUE GUYANE-QUÉBEC (1,1 Mo, 1 047 hits)

  Formulaire d'abonnement à la lettre d'info Guyane Québec (49,5 Ko, 377 hits)

  formulaire d'adhésion à l'association Guyane Québec (187,5 Ko, 443 hits)

Plus d’infos sur http://www.guyane-quebec.org/

Association Socio-Culturelle Guyane-Québec
B.P. (P.O.B.) 484, Succ. Jean-Talon
Montréal, Québec Canada H1S 2Z4

Photo Atelier Aymara